30 janv. 2017

Violée à 14 ans, j'ai tout refoulé. Quand j'ai voulu porter plainte, il était trop tard

LE PLUS. Ce jeudi 12 janvier, l'Assemblée nationale vote une proposition de loi prévoyant l'allongement des délais de prescriptions pour les crimes et…
Source : leplus.nouvelobs.com - 12/01/2017
Transmis par : Rassemblement contre la Pédocriminalité - 12/01/2017
Pédocriminalité: rien n'est perdu dans notre combat pour l'imprescriptibilité des viols sur mineurs !
Coup de théâtre à l'assemblée nationale. Le projet de loi sur les délais de prescription pour les crimes et délits a été repoussé ce jeudi et une nouvelle lecture devra avoir lieu dans les deux chambres d'ici la fin février.
Toutes les associations de défense de l'enfance doivent mettre à profit ce laps de temps pour lancer une puissante campagne de lobbying auprès des parlementaires afin d'obtenir l'inclusion dans le texte de loi de l'imprescriptibilité des viols sur mineurs.
Le projet rejeté jeudi l'a été à cause d'un amendement socialiste refusant d'allonger de six mois à un an le délai de prescription pour les délits de presse sur internet.
Comme ce même projet prévoyait de maintenir à 20 années après la majorité la prescription pour les crimes sexuels sur mineurs, rien n'interdit au Parlement d'allonger ce délai dans le nouveau texte, voire d'adopter l'imprescriptibilité.
Une action collective est indispensable auprès de tous les élus pour faire valoir ce droit des victimes à porter plainte contre leurs prédateurs sans aucune limitation dans le temps.
Voyez ici dans L'Obs ce nouveau témoignage d'une victime qui n'a pu traduire son bourreau devant les tribunaux à cause de la date-limite actuelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire